Avarap

Une cordée pour l'emploi des cadres

 
 
 
 
 

Evénements - Avaraclub

 

Record de démissions et de ruptures conventionnelles en France Avarap75 - Articles Temps partagé

Reconnaissance au travail : où en sont les Français ?
 

AVARANEWS N° 52- AVRIL 2022


Reconnaissance au travail : où en sont les Français ?

 

PHOTO TXT 5

 

Motivation, satisfaction, bien-être... L'apport de la reconnaissance au travail est multiple, et bénéfique. Pour la première fois, Moodwork, spécialiste de la qualité de vie au travail, qui accompagne plus de 110 000 salariés dans leur démarche individuelle de santé mentale grâce à une application Web et mobile a mené avec My happy job by Moodwork, un site Web d'informations sur le bien-être au travail, une étude sur la reconnaissance au travail.

 

Parmi les chiffres à retenir : 58 % des sondés estiment recevoir de la reconnaissance de la part de leurs collègues. Ce pourcentage augmente légèrement pour la reconnaissance venant des supérieurs (61 %). « Mais seulement une personne interrogée sur 4 (26 %) déclare recevoir de la reconnaissance de la part de son entreprise ! », relèvent Clément Poirier et Margaux Gelin, docteurs en psychologie et chercheurs chez Moodwork.

Pour cette dernière, deux explications à ce chiffre bas : « Soit les entreprises ont l'impression que la reconnaissance relève plus du management de proximité et moins du rôle de l'entreprise en elle-même, soit les attentes des salariés sont encore plus élevées », analyse-t-elle.

Trois types de reconnaissance ont été étudiés : la reconnaissance existentielle, centrée sur la personne (65 % des sondés estiment en recevoir), la reconnaissance du processus du travail soit les compétences, méthodes, la pratique (37 %) et la reconnaissance des résultats fondée notamment sur l'atteinte d'objectifs (33 %).

« Je m'attendais à ce que la reconnaissance vis-à-vis des résultats arrive en premier alors que cela paraît plus courant et plus simple, mais contre toute attente nos participants estiment recevoir plus de reconnaissance existentielle », commente Margaux Gelin. 73 % des répondants estiment en effet que leurs supérieurs reconnaissent leur valeur en leur laissant suffisamment d'autonomie dans leurs fonctions, alors que seuls 48 % considèrent que leurs supérieurs les remercient lorsqu'ils atteignent un objectif. « Peut-être que certaines choses, comme boucler un dossier ou atteindre ses objectifs, sont considérées comme normales et les entreprises n'insistent pas dessus alors que cela fait toujours du bien d'exprimer une réussite de manière concrète », souligne la chercheuse.

L'étude, publiée mardi 1er mars 2022, journée mondiale du compliment, veut rappeler l'importance de la reconnaissance alors que les impacts positifs sont nombreux (motivation, engagement, performance, bien-être...), « mais que le manque de reconnaissance à lui des conséquences sur la santé mentale », prévient Margaux Gelin.

« Lorsque nous avons demandé aux participants ce que la reconnaissance provoque chez eux, ils ont été très nombreux (41 % d’entre eux) à dire de la motivation. Le fait de prodiguer une reconnaissance à ses collègues, ses collaborateurs ou même ses supérieurs serait donc un moyen de renforcer leur estime d’eux-mêmes, et par la même occasion de favoriser leur engagement », reprend Clément Poirier, docteur en psychologie et responsable du centre de recherche de Moodwork. Les auteurs de l'étude rappellent que témoigner de la reconnaissance à ses collègues ou à son manager est aussi source de bien-être. Les participants évoquent de la satisfaction (27 %), de la joie (17 %), de la fierté (15 %), du plaisir (14 %) et du bien-être (11 %).

Ce premier état des lieux de la reconnaissance au travail, qui intervient après deux années de crise et pour beaucoup, de travail à distance, pourrait être reconduit. « Une chose importante est de parler de la reconnaissance et de comprendre quelles sont les marques de reconnaissance qui fonctionnent le mieux pour tel ou tel collègue », encourage Margaux Gelin. Selon une étude de 2004, le manque de reconnaissance est le deuxième facteur de détresse psychologique au travail, derrière la charge de travail. Donner des feedbacks, organiser un petit-déjeuner, fêter le bouclage d'un dossier... La reconnaissance peut se manifester de manières différentes. Mais ne doit pas être oubliée.

Lucie Tanneau

Source : infoRH

Publié le 7 mars 2022

 

* Enquête “Reconnaissance au travail : quelle place et quelle importance ?” réalisée en ligne pour My Happy Job by Moodwork par le pôle recherche de Moodwork auprès de 1 146 salariés en janvier 2022.

 

 

Retour

18 rue de Vouillé - 75015 Paris | 01 45 41 42 03 | Mentions Légales